Race

Jean Alesi : un coeur qui bat au rythme de Ferrari

L’ancien pilote français était l'un des plus appréciés des fans de Ferrari, l'équipe emblématique pour laquelle il a roulé de 1991 à 1995

Home Race Jean Alesi : un coeur qui bat au rythme de Ferrari
Jean Alesi : un coeur qui bat au rythme de Ferrari

LES DÉBUTS

Jean Alesi est arrivé en Formule 1 par une après-midi caniculaire, au début du mois de juillet. C'était en 1989 et le Grand Prix de France au Paul Ricard, en bordure de l’étincelante mer Méditérranée, était sur le point de commencer. C'était le genre de tableau que l'on s'attendait à voir en couverture d'un magazine glamour, avec les célébrités qui déambulaient dans le paddock avant de participer à de longs dîners aux chandelles le soir sur les plages voisines.

De retour sur la piste, on savait très peu de choses - voire rien - sur ce nouveau pilote français sur le point de prendre d'assaut son pays. Ceux qui étaient en Formule 3000 se rendaient déjà compte qu'il était incroyablement rapide, mais pour la plupart des gens, la plus grande surprise a été de se retrouver devant un pilote français aux yeux d'un bleu intense qui savait parfaitement parler italien (ses grands-parents étaient originaires d'Alcamo en Sicile), avec un accent fascinant.

Alesi était confronté à une tâche délicate. En raison d'un conflit de sponsor, l'équipe Tyrrell l’a placé dans la voiture qui était occupée jusqu'au précédent Grand Prix du Canada par Michele Alboreto, lors de la première saison de l'Italien après son départ de Ferrari. La communauté des partisans de la course automobile en Italie a naturellement regardé ce nouvel intrus français avec une certaine suspicion. Néanmoins, Alesi a répondu avec diligence aux nombreuses demandes d'interview qu'il a reçues et a continué à travailler tranquillement, presque comme s'il était légèrement intimidé. Lors des qualifications, il n'a pas réussi à se hisser à plus de la moitié de la grille, à plus d'une demi-seconde de son coéquipier Jonathan Palmer dans l'autre Tyrell.

Mais pendant la course proprement dite, cette timidité a en quelque sorte disparu. Ce fut un Grand Prix délicat, car le premier départ a été interrompu à la suite d'un carambolage impliquant plusieurs pilotes. Cela a obligé Nigel Mansell à prendre le deuxième départ depuis la voie des stands, alors qu'il s'était qualifié sur la deuxième ligne juste derrière les McLaren-Hondas d'Alain Prost et d'Ayrton Senna. C'était le genre de course qui exigeait beaucoup d'expérience, la pression augmentant alors que les pilotes s'alignaient à nouveau sur la grille de départ. Mais Alesi a gardé son sang-froid du début à la fin. Et au drapeau à damier, il était quatrième, avec seulement Prost, Mansell (après une autre lutte extraordinaire) et l'expérimenté pilote Williams Riccardo Patrese devant lui.

LES ANNÉES À MARANELLO

Alesi terminera la saison 1989 en neuvième position au classement général, grâce à deux autres points obtenus à Monza et en Espagne. Il a également terminé l'année en tant que champion de Formule 3000 : une série à laquelle il prenait part à chaque fois qu'il n'y avait pas de Grand Prix de F1. Ken Tyrrell, aussi rusé que toute son écurie, l'a retenu sans surprise pour la saison 1990, ayant brillamment réussi à repousser les approches de certaines équipes de pointe et sachant pertinemment qu'en agissant ainsi, il augmenterait sans aucun doute la valeur marchande de son pilote. Et c'est ainsi qu'en 1991, Alesi s'est dirigé vers Ferrari, prenant la place de Mansell après un long conflit contractuel avec Williams, chez qui le Français avait signé une lettre d'intention pour la même année.

Mais Alesi était tout simplement destiné à Ferrari. Sa vitesse naturelle et sa générosité en tant que pilote sont l'incarnation de l'amour qui conquiert tout, bien qu'il soit handicapé par une voiture rouge qui n'est pas aussi compétitive que l'année précédente. Et la couleur de l'amour est le rouge - ce qui ne pouvait pas être plus approprié dans ce cas.

Alesi est rapidement devenu beaucoup plus apprécié que son coéquipier Prost, plus froid, même si le Français plus âgé était à deux doigts du titre mondial en 1990. Qu'il s'adresse à des fans, à des journalistes ou à des chaînes de télévision, Alesi a promis loyalement : "vinceremo" - nous allons gagner. C'est ainsi que les célèbres Tifosi l'ont réellement adopté et porté dans leur cœur, idolâtrant leur héros au-delà des résultats qu'il a obtenus.

Les saisons 1992 et 1993 ont été difficiles pour Ferrari. McLaren et Williams se sont partagé le butin, et le succès de Benetton se profilait à l'horizon grâce à une autre étoile montante : Michael Schumacher. Mais en 1994, la Ferrari est meilleure et Alesi se qualifie sur la première ligne au Canada et en Allemagne, tout en décrochant la pole position à Monza. Le jour de la course, tout le circuit était avec lui ; les fans dans les tribunes criaient tous son nom jusqu'à un arrêt au stand fatidique, après quoi la voiture d'Alesi a développé un problème de transmission, le contraignant à abandonner la course.

Un an plus tard, le destin a été encore plus cruel. Les deux Ferrari étaient en tête, avec Alesi devant Gerhard Berger, lorsque la caméra de télévision montée sur la Ferrari d'Alesi est tombée et a atterri sur la suspension avant de la voiture de Berger, le mettant hors course. Alesi a continué à mener et cette fois, il semblait prêt à vaincre... Jusqu'à ce qu'une bouffée de fumée provenant d'une roue trahisse le fait qu'un roulement s'était cassé, à huit tours de l'arrivée. Une fois de plus, ses chances se sont envolées, pour la deuxième fois consécutive à Monza. Alesi fondit en larmes en revenant aux stands, mais cela ne fit que l'élever plus haut dans les yeux des Tifosi qui l'adoraient. Trois mois plus tôt, il avait remporté ce qui allait devenir sa seule victoire en Formule 1, au Canada. Mais même à cette époque, il n'y avait jamais eu autant d'amour pour un pilote qui aimait tant Ferrari.

LES DERNIÈRES ANNÉES EN ROUGE

Les saisons 1994 et 1995 ont été ses dernières à Maranello avant le début de l'ère Schumacher. Alesi a terminé sa carrière en Ferrari avec deux cinquièmes places au championnat du monde, mais ce n'était guère une consolation pour tous ceux qui avaient voulu le voir couronné en tant que champion Ferrari. Après son départ de Maranello, il passera deux ans chez Benetton, deux chez Sauber et un an et demi chez Prost, avant qu'Alesi ne termine sa carrière chez Jordan. Le rêve était terminé.

Aujourd'hui, Jean est de retour sur les circuits pour suivre de près son fils Giuliano (membre de la Ferrari Driver Academy) en Formule 2. Il est toujours reconnu avec enthousiasme dans les aéroports et sur les circuits du monde entier, l'héritage d'Alesi étant celui d'un pilote synonyme non seulement de Ferrari, mais aussi d'une passion insatiable pour la course automobile qui a fait partie d'une autre époque.


JEAN ALESI : 11 juin 1964
Courses : 201
Pole positions : 2
Victoires : 1

Lire plus
Information sur le produit
Le meilleur de la technologie Pirelli
Découvrez le nouveau P ZERO
Rechercher
Trouvez le produit parfaitement adapté à vos besoins
Trouvez le meilleur pneumatique
Race