Race

400 Grands Prix en Formule 1 : l’histoire de Pirelli

Le Grand Prix de Bahreïn marque une étape importante dans l'histoire de Pirelli en Formule 1, puisqu'il s'agit de la 400e course dans la compétition de la firme italienne. Voici quelques-uns des moments forts d'une illustre carrière en Grands Prix

Home Race 400 Grands Prix en Formule 1 : l’histoire de Pirelli
400 Grands Prix en Formule 1 : l’histoire de Pirelli

Lorsque la saison 2021 débutera à Bahreïn, Pirelli fêtera sa 400e course de championnat du monde de Formule 1. Près de la moitié - 197 pour être précis - auront eu lieu depuis que la société italienne est revenue en Formule 1 en tant que fournisseur exclusif au début de 2011.

PRÉSENTS DEPUIS LE JOUR 1

Tout a commencé à Silverstone le 13 mai 1950, lorsque Giuseppe Farina a remporté le tout premier Grand Prix du championnat du monde au volant de son Alfa Romeo, équipée de pneumatiques Pirelli Stella Bianca. Ensemble, Alfa Romeo et Pirelli ont remporté les six Grands Prix de la saison inaugurale du championnat. Farina remportera d'autres victoires sur le circuit de Bremgarten en Suisse et sur le circuit de Spa-Francorchamps en Belgique, pour devenir le premier champion du monde des pilotes de l'histoire. Son nom est le premier d'une liste qui a depuis été rejointe par 32 autres.

FANGIO DONNE LE TON

Le légendaire Argentin a manqué la victoire de ce premier championnat de trois points seulement par rapport à son coéquipier Farina, mais Juan Manuel Fangio était sans aucun doute le pilote le plus remarquable de ces premières années de Formule 1. Pour beaucoup, il reste le plus grand de tous les temps. Son titre de champion en 1951 avec Alfa Romeo et Pirelli n'était qu'un début pour l'Argentin, même s'il n'avait alors pas le véhicule nécessaire pour défendre sa couronne, et qu'il a manqué la saison 1952 en raison d'une blessure après un accident dans une course hors championnat. En 1954, il remporte le titre au volant de deux équipes différentes, Maserati et Mercedes-Benz, un exploit qui n'a jamais été répété. En 1957, il retrouve l'emblématique Maserati 250F chaussée de pneumatiques Pirelli et remporte son cinquième championnat du monde. Un record remarquable qui restera en vigueur pendant près de 50 ans, jusqu'à ce que Michael Schumacher remporte son sixième titre en 2003.

LES DÉBUTS DE SENNA

Après une interruption de près d'un quart de siècle, Pirelli revient en Formule 1 dans les années 1980. La technologie avait considérablement évolué, avec des véhicules parmi les plus emblématiques de l'histoire du championnat et autant de noms légendaires au volant. Parmi eux, Ayrton Senna, qui a fait ses débuts en Formule 1 avec des pneumatiques Pirelli. Pilotant pour l'équipe outsider Toleman, Senna a fait ses débuts lors de la saison 1984 dans son Brésil natal - mais il n'a fait que huit tours avant que le turbocompresseur de son moteur Hart ne tombe en panne. Pourtant, il n'a pas fallu longtemps pour que Senna marque la discipline : il a marqué un point en terminant sixième lors de sa deuxième course en Afrique du Sud, puis a répété ce résultat deux semaines plus tard en Belgique. Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

MINARDI, LE PETIT QUI FAISAIT PEUR AUX GRANDS

Au cours de la deuxième ère de participation de Pirelli en Formule 1, la société a goûté à la victoire avec la Brabham de Nelson Piquet et la Benetton de Gerhard Berger, mais elle a également été associée à certaines des plus petites écuries de la grille. Des équipes chanceuses qui ont fait de leur mieux pour se battre contre les géants de l'époque - McLaren, Ferrari et Williams - avec des budgets bien inférieurs. La plus célèbre et la plus populaire de toutes les petites équipes était peut-être Minardi, qui a réalisé une performance incroyable au Grand Prix des États-Unis en 1990, lorsque Pierluigi Martini s'est qualifié en deuxième position sur la grille aux côtés de la McLaren de Berger. Martini et Minardi ont tiré le meilleur parti des pneumatiques spéciaux de qualification de Pirelli, et ont manqué ce qui aurait été une incroyable pole position pour seulement 0,067 seconde. Mais ce n'est pas seulement lors des qualifications que les outsiders équipés de Pirelli ont prouvé qu'ils étaient capables de créer la surprise. Lors de la course de Phoenix, Jean Alesi prend la tête de la course’ avec l'équipe Tyrrell, sous-financée, et se bat avec la McLaren de Senna, pour finalement terminer à la deuxième place.

LA 1000ÈME COURSE

L'une des grandes étapes du dernier passage de Pirelli en Formule 1 a été la 1000e course de l'histoire du championnat du monde, à Shanghai en 2019. Celle-ci a été remportée par Lewis Hamilton et Mercedes : la combinaison qui a généralement eu l'avantage sur la concurrence depuis 2014, après les titres consécutifs remportés par Sebastian Vettel et Red Bull. Depuis lors, Hamilton a rejoint Schumacher en dépassant la référence de Fangio, à savoir cinq titres. Le pilote britannique a ensuite connu une saison 2020 particulièrement mémorable : il a battu le record du plus grand nombre de victoires en Grand Prix avec sa 92e victoire au Grand Prix du Portugal, puis, deux courses plus tard, il a remporté son septième titre mondial grâce à un parcours exceptionnel jusqu'à la victoire en Turquie, en utilisant les pneumatiques wet et intermédiaires de Pirelli dans des conditions délicates. En 2021, Hamilton aura l'occasion de remporter un huitième titre mondial, un record : une tentative qui débutera lors de la 400e course de Pirelli.

Lire plus
Information sur le produit
Le meilleur de la technologie Pirelli
Découvrez le nouveau P ZERO
Rechercher
Trouvez le produit parfaitement adapté à vos besoins
Trouvez le meilleur pneumatique
Race