Race

Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire

De quoi avez-vous besoin pour devenir un véritable champion ? Une passion pour la vitesse, un amour de la nature, de l'entraînement et de l’obstination. L'athlète Français nous partage son amour pour le vélo

Home Race Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire
Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire

Fabien Barel est convaincu que descendre une pente à vélo, en pleine nature, est une sensation partagée par les surfeurs qui chevauchent les vagues de la mer. À 15 ans, il décidait d'enfourcher son vélo et de se lancer dans la descente, discipline où les athlètes dévalent les montagnes à grande vitesse entre les rochers, les arbres et les falaises. Il a réussi son projet comme un pro, car à 18 ans, il entrait déjà sur la scène mondiale en tant que champion du monde junior. Deux autres fois, il a remporté le titre de champion, mais cette fois en tant que professionnel. Aujourd'hui, il offre à Pirelli son expertise unique dans le cadre de son partenariat pour le développement des nouveaux pneumatiques Gravity Racing.

Comment est née votre passion pour les deux roues ?

En fait, j'ai commencé à suivre mon frère qui faisait partie de l'équipe nationale de trail moto et j'étais essentiellement avec ma moto pour le suivre sur les courses. C'est ainsi que j'ai rapidement réalisé que j'aimais vraiment être sur deux roues et que j'ai découvert que c'était plutôt amusant.

Quel type de vélo avais-tu quand tu étais enfant ?

Mon premier vélo était en fait un vélo de randonnée. C'était un petit Monti qui était assez avancé à l'époque, un full rigid comme le style BMX, mais juste pour les zones traînées, et qui nécessitait un style de pilotage différent pour le freestyle et l'enduro en trail, car je suivais mon frère sur les motos de trail. C'était donc assez unique.

Quand avez-vous su que la compétition cycliste était faite pour vous ?

Je me suis rapidement engagé. À côté de chez moi, il y avait une piste de course qui s'appelait Peille. C'est là que j'ai commencé à courir et que j'ai rapidement réalisé que j'étais amoureux de la course de vélo, plus que du vélo. C’était fait pour moi, comme une évidence.

Quelles sensations provoque le fait de dévaler une montagne à des vitesses impressionnantes à vélo ?

Le VTT de descente est un sport assez risqué, nous allons à des vitesses assez élevées avec des arbres, des rochers et un terrain très meuble. En cela, il est très similaire à d'autres sports... Son avantage c'est le lien étroit entre l'adrénaline, le plaisir et la proximité avec la nature, ce qui permet de passer un très bon moment. Dévaler la montagne, accélérer le rythme, se connecter à la nature et trouver le flux adapté à la piste, voilà ce qui rend ce sport si intéressant et agréable pour moi.

Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire 01

Vous préférez l’enduro ou la descente ?

Je dirais qu'il n'y a pas une grande différence, car dans les deux cas nous sommes en vélo et nous nous amusons. L’enduro a l'avantage de permettre de découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles pistes, et d'être au cœur du VTT mondial, tandis que la descente est plus axée sur l'adrénaline, le sentiment d'engagement et le fait d'être constamment sur le fil du rasoir, en poussant le vélo et le produit à leur limite. Je dirais que je choisirais les deux.

Qu'avez-vous ressenti en 98 en remportant le premier titre mondial de descente à 18 ans dans la catégorie junior ?

C'était en quelque sorte la toute première consécration et le premier accomplissement de ma carrière. J'ai commencé très jeune, à 15 ans, et j'ai eu la chance d'évoluer au sein d'une équipe professionnelle qui s'appelait Sunn à l'époque, l'une des meilleures équipes au monde. Elle était française et m'a emmené aux championnats du monde à Mont-Sainte-Anne en 1998. J'étais vraiment déterminé à gagner, je savais que c'était ma dernière année en tant que junior et que c'était vraiment important en tant qu'élite. Gagner cette course était absolument fantastique. J'ai gagné avec 12 secondes d'avance, ce qui était énorme à l'époque et le meilleur temps chez les élites également. C'était le meilleur temps global du week-end.

Un accident difficile lors de vos débuts vous a-t-il particulièrement marqué ?

Eh bien, je pense que si vous voulez jouer à un jeu, vous devez en accepter les règles. Ici, les blessures font partie du jeu, et j’en ai eu quelques-unes au cours de ma carrière. Je dirais que c’est de ces échecs et de ces blessures que l'on apprend le plus, et que l'on revient encore plus fort. C’est toujours un moment très difficile, mais qui permet de ressentir un sentiment de réussite lorsque vous avez trouvé la force de remonter sur le vélo et de courir à nouveau. Et comme je le dis toujours, n'abandonnez jamais. Je l'ai sans aucun doute appliqué à moi-même au cours de ma carrière de coureur.

Que faut-il pour se relever et repartir ?

Être capable de revenir et de grandir à travers cette blessure pour reconstruire son corps, reconstruire sa force mentale, reconstruire sa confiance en soi sur le vélo. C’est difficile, mais le succès après coup est encore meilleur. Parce que, même si nous voulons tous gagner et être numéro un, nous avons tous nos propres défis. Et cela faisait partie des défis de ma vie et de ma carrière, et le fait d'être capable de pousser et de revenir et de se battre à nouveau avec les meilleurs et de gagner à nouveau des courses était une énorme satisfaction pour moi.

Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire 02

Vous avez remporté le championnat du monde en 2004 et 2005, quel souvenir gardez-vous de ces saisons ?

Je pense qu'elles étaient assez différentes. Ces deux saisons, je me suis fortement concentré sur les championnats du monde, car je savais que les pistes étaient potentiellement très bonnes pour moi. En 2004, j'étais même en France, ce qui, comme vous pouvez l'imaginer, n'avait pas de prix pour moi sur le plan émotionnel. J'ai consacré de nombreux mois à mes courses sur ces pistes et je me suis préparé spécifiquement pour celles-ci, tout comme je prépare mon vélo. Je dirais que si je devais me souvenir de quelque chose ou en retirer quelque chose, ce serait sans aucun doute l'engagement et l'implication que j'ai mis dans le fait de gagner et combien mon dévouement mental était au plus haut niveau.

Et que faut-il pour devenir champion du monde ?

Je dirais que, globalement, c'est une question d'engagement et de foi. Devenir champion du monde, c'est évidemment beaucoup de travail et la capacité de mettre tout ce que vous pouvez de votre côté pour gagner dans votre discipline, mais cela demande aussi une très grande force mentale et une forte croyance en vos objectifs. Et je dirais qu'en fin de compte, être un athlète de haut niveau est une chose, être numéro un en est une autre, et la principale différence entre les deux est en fait l'approche mentale et la mesure dans laquelle vous y croyez.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui voudrait commencer une carrière dans l'enduro de descente ?

Tout d'abord, avant de commencer une carrière ou d'être capable de performer, il faut bien comprendre le sport. Si vous faites de la descente ou de l'enduro, cela ne demande pas les mêmes capacités et vous devez les analyser correctement pour pouvoir aborder le sport de la meilleure façon, ce qui signifie que la préparation physique doit être adaptée et que la préparation du vélo doit également être adaptée. Il faut donc, je dirais, essayer globalement les deux disciplines et tester et ressentir ce qui est le plus proche de vos compétences, puis pousser encore. Il est clair que si vous voulez démarrer une carrière correctement, vous devez être prêt à essayer, à vous engager et à donner le meilleur de vous-même.

Comment s'entraîne-t-on dans cette discipline ?

S'entraîner en enduro et en descente est assez différent. Il faut être en forme physiquement pour les deux, mais l'un est plus axé sur les capacités lactiques et sur la capacité à pousser pendant deux, trois ou quatre minutes une course à fond, ce qui est très proche du ski alpin, par exemple. En enduro, il y a beaucoup plus de cardio, vous devez être capable de tenir pendant un ou deux jours de course complète, vous courez plus de 50 à 70 km par jour, plus toutes les étapes spéciales. Il faut donc avoir beaucoup plus de cardio et de capacité de récupération, ce qui implique des entraînements très différents, tant sur le plan de la condition physique que sur celui de l'approche du vélo. Vous trouverez des coureurs plus maigres en enduro, car le rapport entre la puissance et le poids est très important, tandis qu'en descente, vous trouverez des athlètes avec beaucoup plus de force et d'explosivité pour être en mesure d'atteindre les plus hauts niveaux.

Fabien Barel, le champion de descente et d'enduro partage son histoire 03

Quelle est votre passion au-delà du vélo ?

Je suis passionné par tout ce qui va vite et qui glisse. Je suis aussi très attiré par la nature. C'est pourquoi j'ai trouvé du plaisir dans le VTT, mais j'aime aussi le ski, la moto sur piste comme sur route, et j'aime conduire des voitures. En dehors du sport, j'aime évidemment passer beaucoup de temps avec ma famille et mes amis, ce qui fait partie de la vie en général.

Recommanderiez-vous le vélo comme moyen de transport pour un avenir plus durable ?

Une chose qui est assez claire est que le vélo apporte une mobilité douce dans le monde dans lequel nous vivons. Nous avons le sentiment que nous maltraitons notre planète en consommant beaucoup de choses, notamment du plastique, de l'essence et tout ce qui va avec. Le CO2 que nous rejetons partout est certainement quelque chose que nous pourrions réduire de façon importante. Le vélo, en particulier dans les zones encombrées comme les villes et l'environnement urbain, offre la possibilité de se déplacer d'un endroit à l'autre sans avoir à utiliser le moteur et l'essence et donne donc une meilleure qualité d'air ainsi qu’une meilleure santé globale à tous les cyclistes. Il nous apporte un peu de cardio et la valeur derrière la mobilité douce et derrière le vélo nous donne en fait une vision plus claire de la vie pour l'avenir. J'aimerais vraiment que beaucoup plus de gens en prennent conscience, afin que le vélo puisse offrir aux générations futures une meilleure qualité de vie.

Parlez-nous de votre rôle chez Pirelli ?

Mon rôle principal chez Pirelli est en fait de développer la nouvelle gamme destinée aux vélos de montagne. Pirelli est ancré comme leader dans la fabrication de pneumatiques, y compris en compétition. Animé par la passion de la course, je cherche toujours à fournir et à développer des produits très haut de gamme pour le VTT, tant pour mes équipes de course que pour mes performances personnelles. Je souhaite aussi aider les consommateurs du monde entier à rouler mieux, à rouler plus sûrement et finalement à rouler plus vite. Je crois fermement aux compétences de Pirelli et à sa capacité à comprendre ce qu'est réellement un vélo de montagne. Il existe déjà une gamme intéressante sur le marché et mon rôle principal sera de les soutenir et d'amener la marque aux niveaux qu'elle mérite. Quand on voit les capacités qu'ils ont dans l'industrie automobile, en Formule 1, en Moto GP, etc., amener Pirelli à la descente est un objectif formidable à mes yeux.

Lire plus
Information sur le produit
Le meilleur de la technologie Pirelli
Découvrez le nouveau P ZERO
Rechercher
Trouvez le produit parfaitement adapté à vos besoins
Trouvez le meilleur pneumatique
Race