Life

Le Calendrier Pirelli 1971 sous le signe de la Jamaïque

Le Calendrier Pirelli a pris un nouveau tournant en 1971, le photographe Francis Giacobetti ayant troqué les thèmes du glamour et de l'évasion pour une approche plus décontractée

Home Life Le Calendrier Pirelli 1971 sous le signe de la Jamaïque
Le Calendrier Pirelli 1971 sous le signe de la Jamaïque

Depuis son lancement en 1964, le Calendrier respire le glamour et s'est forgé une réputation de “sex-appeal” de haut niveau que Giacobetti avait pleinement concrétisée lors de son shooting aux Bahamas en 1970. "Je suis un voyeur", disait-il. "Le plaisir réside dans le fait de regarder."

Le Calendrier Pirelli de 1971 a adopté un style intrigant par rapport aux exemplaires précédents. Si le cadre n'était pas moins séduisant que les plages du passé (Giacobetti et le directeur artistique de Pirelli, Derek Forsyth, avaient choisi une plage paradisiaque autour de Montego Bay en Jamaïque), l'ambiance était quant à elle étonnamment novatrice.

L’image de janvier pour le Calendrier Pirelli 1971 - prise par le photographe français Francis Giacobetti - était une étude rapprochée du visage du mannequin Angela McDonald. Il est difficile de faire mieux en termes de photos qui attirent et retiennent l’attention.


Une approche romantique

Selon Forsyth, le Calendrier 1971 a été conçu pour être « sombre et romantique, avec cette fois-ci une ambiance nostalgique et décontractée. J'essayais toujours de m'assurer que les personnes qui recevaient le Calendrier puissent véritablement l'afficher sur leur mur, donc j'étais conscient qu'il ne devait pas être pornographique ».

Giacobetti a obtenu cette ambiance rêveuse, presque mélancolique, grâce à son utilisation de la lumière. "Je suis avant tout un technicien de l'éclairage", a-t-il dit un jour. "L'éclairage peut être fait avec des éléments très simples, et pas nécessairement avec beaucoup de matériel." En effet, il s'est simplement contenté d’appareils photos classiques, de lumière naturelle et d'un assortiment de filtres pour faire ces magnifiques clichés. Si vous ouvrez l’œil, vous remarquerez que de nombreuses photos du Calendrier 1971 semblent ternes, comme si elles étaient vues à travers des ombres teintées. En fait, placer une paire de lunettes de soleil devant l'objectif est une technique pour laquelle il s'est fait connaître.

En photographiant le Calendrier Pirelli 1971 sur une plage en Jamaïque, le photographe français Francis Giacobetti a utilisé des filtres polarisants. Cette image de février a été prise en couleur, mais elle bénéficie des contrastes et des lignes vives habituellement associés à la photographie en noir et blanc.


D'autres clichés glorifient les silhouettes audacieuses des modèles, comme celles de janvier et novembre où Angela McDonald et Kate Howard ont été prises avec le soleil couchant en toile de fond. Mettre en valeur la forme et les contours du corps des modèles était sa spécialité, en tant que fervent admirateur de l'architecte Le Corbusier, un autre maître de la ligne et de la forme.

Un sens particulier de la mise en scène

Un autre grand changement par rapport aux Calendriers précédents est l'utilisation des intérieurs. Les photos d'intérieur ont été prises dans une grande maison de l'époque victorienne et sont parmi les plus romantiques et originales grâce encore au jeu de lumière naturelle. "Chaque soir, il y avait un dîner officiel. Il y avait du personnel. C'était somptueux", se souvient Giacobetti dans une interview de 2014 pour le Victory Journal. "Devant la maison, il y avait un arbre extraordinaire - un raisinier de bord de mer - avec des feuilles énormes. J'ai attendu toute la soirée la lumière parfaite pour tirer le portrait d’une fille appuyée au pied de l'arbre." L'image d'Howard qui en a résulté a été choisie pour le mois de mars et a montré l'extraordinaire sens de la composition de Giacobetti.

Angela McDonald est l'un des quatre modèles qui figurent dans le Calendrier Pirelli 1971, réalisé en Jamaïque par le photographe français Francis Giacobetti. Cette photo a été prise en mai. Le directeur artistique de Pirelli, Derek Forsyth, a fait le casting et a qualifié l'ambiance de l'œuvre de cette année-là de "sombre et romantique".


Le Calendrier 1971 a anticipé l'érotisme torride qui allait incarner les années 70. Les autres modèles étaient Christine Townson et Caileen Bell, et Giacobetti avait reconnu leur beauté dès le départ. "Je suis arrivé et elles étaient toutes magnifiques", a-t-il déclaré. Il est ainsi devenu l'un des principaux architectes de cette nouvelle ambiance, en tant que directeur artistique du magazine Lui, la réponse française à Playboy. Né à Marseille de parents Corses en 1939, Giacobetti a débuté à Paris Match, puis a travaillé pour différents magazines de mode avant de rejoindre Lui lors de son lancement en 1963. Il y réinvente le concept de la pin-up américaine pour la France, en y ajoutant du charme et de l'humour. La première couverture de Lui, en novembre 1963, montre l'actrice française Valérie Lagrange nue dans un tas de paille, sortant d'une caisse retournée, un badge "No.1" attaché au bras. Fait remarquable, Giacobetti a produit des œuvres pour le magazine sous 14 pseudonymes différents, ce qui lui a donné l'occasion d'expérimenter son style tout en suggérant un large éventail de contributeurs aux rivaux Playboy et Paris Match.

Le Calendrier Pirelli de 1971 a été réalisé par le photographe Francis Giacobetti et a marqué une rupture par rapport aux années précédentes. Cette photo nostalgique d'octobre a été prise dans une grande maison de l'époque victorienne près de Montego Bay en Jamaïque.


Un photographe, de nombreux talents

En plus de nombreux mannequins, Giacobetti a également photographié des célébrités. Une célèbre séquence de Jane Birkin et Serge Gainsbourg jouant la violente querelle d'un couple est apparue dans Lui en 1974. Une autre image marquante de 1975 montrait Grace Jones tirant sa langue incroyablement rouge, mettant en évidence l'utilisation de filtres par Giacobetti pour obtenir des contrastes de couleurs spectaculaires. Il a également photographié l'affiche désormais emblématique du film érotique culte Emmanuelle de 1974, mettant en scène l'actrice Sylvia Kristel assise seins nus dans un fauteuil en osier, ainsi que la réalisation de la première de ses nombreuses suites et la production d'Emmanuelle 4.

Giacobetti s'est ensuite détourné de l'imagerie érotique pour photographier des personnalités telles qu'Andy Warhol, Yehudi Menuhin, le Dalaï Lama et Fidel Castro. Il a notamment produit une collection de 200 portraits de son ami artiste Francis Bacon. L'une de ses séries les plus audacieuses, également des années 1980, intitulée ‘Zebras, Irises, Hymn’, jouait avec des faisceaux de lumière sur le corps d'un modèle pour suggérer des rayures de zèbres. Elle a donné lieu à une longue collaboration sur les campagnes pour la ligne Pleats Please d'Issey Miyake. Ses représentations de danseurs dans des positions dynamiques portant les vêtements distinctifs du créateur semblent très éloignées de son travail pour Pirelli. Mais dans leur amour de la forme, de la ligne et du contour, on peut voir qu'elles appartiennent au style unique du photographe. Une fois de plus, le calendrier Pirelli a été une source d’inspiration et de nouveauté pour l'un des hommes les plus doués de notre époque.

Le modèle Kate Howard est apparu à de nombreuses reprises dans le Calendrier Pirelli 1971, réalisé en Jamaïque par le photographe français Francis Giacobetti, et ce principalement en mer comme dans cette photo de décembre.

Lire plus
Information sur le produit
Le meilleur de la technologie Pirelli
Découvrez le nouveau P ZERO
Rechercher
Trouvez le produit parfaitement adapté à vos besoins
Trouvez le meilleur pneumatique
Life