Life

1974 : le Calendrier Pirelli dans ce qu'il a de plus fascinant

Les images audacieuses, surprenantes et amusantes tirées par le photographe de mode Suisse Hans Feurer restent fraîches et vivantes plus de 40 ans après sa réalisation

Home Life 1974 : le Calendrier Pirelli dans ce qu'il a de plus fascinant
1974 : le Calendrier Pirelli dans ce qu'il a de plus fascinant

Une plage tropicale - les îles Seychelles. Un casting de belles femmes - les modèles Marana, Chichinou et les sœurs jumelles Kim et Eva Nielsen. Des photographies audacieuses et souvent surprenantes. L'édition 1974 était une vitrine de tout ce que le Calendrier Pirelli était venu représenter depuis ses débuts 10 ans plus tôt. L'homme derrière l'appareil photo était Hans Feurer et ses photos illustrent ce qui fait de lui un photographe si passionnant et novateur.

Le Calendrier Pirelli 1974 a été photographié aux Seychelles par le photographe Suisse Hans Feurer, qui excelle dans l'utilisation de l'ombre et de la lumière pour créer des effets extraordinaires. Ici, les ombres projetées par les palmiers au-dessus de la tête ressemblent à des rayures zébrées sur la peau nue du modèle Marana.


L'artiste d'origine suisse, aujourd'hui âgé d'environ 80 ans, préfère photographier sur place plutôt qu'en studio : il utilise la lumière naturelle et applique un travail de postproduction minimal, le cas échéant. "La photographie, c'est la lumière et l'ombre. L'ombre est tout aussi cruciale", a déclaré un jour Feurer dans une discussion sur son travail publiée sur la plateforme de mode Ssense. Et son utilisation experte de la lumière et de l'ombre est exposée partout dans ce shooting.

Prenez la photo du mois de mars, où les ombres des feuilles de palmier au-dessus de la tête projettent des barres obliques sur la peau nue de Marana, ou alors l'image de janvier, où Feurer capture des rayons de lumière qui rebondissent sur ses lèvres rouges et brillantes. Cette dernière image, dont les couleurs saturées et les effets de lumière pourraient être attribués à Photoshop s'il avait été inventé à l'époque, illustre une autre marque de fabrique de Feurer : une sorte d'"hyperréalité visuelle", comme l'a dit un commentateur, qui rend ses images vraiment éclatantes.

Le Calendrier Pirelli 1974 a été photographié par Hans Feurer et stylisé par Caroline Baker, rédactrice de mode du magazine Nova, qui s'inspirait souvent du style de la rue et de la culture populaire pour choisir ses vêtements. La série télévisée M*A*S*H l'a amenée à habiller des mannequins en tenue militaire, comme ici dans la photo du mois d'avril.


Plein de charisme et de plaisir

Lorsqu'on lui a demandé un jour pourquoi il était devenu photographe, Feurer a répondu : "J'aime les femmes". Et ce regard sans complaisance pour la femme est omniprésent dans la série. Bien que Feurer refuse le terme "érotique" pour décrire ses images, son travail est certainement sensuel, les modèles étant sur la plupart des clichés à moitié vêtus. Les femmes sont ici dépeintes comme dynamiques, mystérieuses, pleines de charisme et de plaisir. Comment décrire autrement la photo d'Eva Nielsen du mois d’octobre, qui la montre en train de se brosser les dents, une barbe mousseuse dégoulinant de son menton, les yeux brillants de malice ?

Caroline Baker, rédactrice de mode du magazine Nova, auquel Feurer collaborait, s'est chargée des vêtements. La styliste britannique était connue pour être "anti-label" et s'inspirer non pas de Paris ou de Milan, mais de la rue et de la culture populaire. Inspirée par la série télévisée M*A*S*H, elle utilisait des imprimés camouflage et des verts kaki. Dans cette séance photo pour Pirelli, deux de ses looks se distinguent : celui de Kim dans un imperméable vert transparent et celui de Marana dans une veste dorée avec des lunettes de soleil dorées assorties. Dans les deux cas, les vêtements racontent une histoire et projettent une attitude. C'est du grand style et de la grande photographie de mode.

Eva Nielsen est l'une des quatre femmes qui figurent dans le Calendrier Pirelli 1974, photographié aux Seychelles par Hans Feurer. Sa sœur jumelle Kim y figure également et toutes deux ont ensuite retrouvé Feurer pour une séance de photos pour le numéro de juillet/août 1974 de Vogue Italia, dont Eva a fait la couverture.


Un antidote séduisant

Feurer parlait souvent de ses photographies comme de "projections de rêves", c'est-à-dire comme de la réalisation de souhaits dans lesquels les femmes pouvaient entrevoir leur idéal de mode. Ici, il s'agissait de projections de rêves dans un autre sens : les images évoquaient la liberté et l'évasion. C'était le Calendrier Pirelli dans ce qu'il avait de plus transportant. Compte tenu de l'état du monde en 1974 - la démission du président Nixon à la suite du scandale du Watergate, les conséquences de la guerre au Moyen-Orient et de la crise pétrolière, les incidents terroristes et les bouleversements mondiaux - les images de la vie insulaire auraient été un antidote séduisant.

Feurer a grandi près de Zurich et a étudié l'art en Suisse. Il s'est installé à Londres pour travailler comme graphiste, illustrateur et directeur artistique pour diverses agences de publicité, où il a collaboré avec des photographes légendaires comme Helmut Newton, William Klein et Frank Horvat. Cette expérience lui a permis d'acquérir des bases solides, mais ce qui lui a vraiment donné envie de devenir photographe, ce sont les deux années qu'il a passées à voyager à travers l'Afrique, de 1966 à 1968. C'est l'Afrique qui lui a ouvert les yeux "en termes de ce que je vois et de comment je le vois", a-t-il déclaré dans une interview de 2014 pour The Business of Fashion. "Je voyais des femmes sortir pour aller chercher de l'eau dans la lumière du petit matin. Elles avaient une lueur autour d'elles. J'étais impressionné et j'ai commencé à développer un sentiment et une compréhension de la magie de la lumière et de l'ombre."

Le calendrier Pirelli 1974 a été photographié aux Seychelles par le photographe Suisse Hans Feurer. Se souvenant de cette photo d'Eva Nielsen des années plus tard, il a déclaré à The Cut : "C'est assez violent la façon dont elle sort de l'eau. Ça vous saisit d'une certaine façon."


À son retour à Londres, il commence à travailler comme photographe et ne tarde pas à photographier pour les Vogue britannique et français. Sa réputation grandit et le travail afflue. Au fil des ans, il a photographié pour des publications telles que Elle, Harper's Bazaar, Numero et GQ, ainsi que pour des campagnes pour Juicy Couture et Desigual. Toutefois, Feurer est surtout connu pour son extraordinaire campagne des années 1980 pour le label japonais Kenzo. Ces images ont mis en évidence une autre de ses forces caractéristiques : son don pour juxtaposer des tissus riches et des formes féminines.

Une pertinence constante

Un portrait particulièrement obsédant de la campagne publicitaire de Kenzo en 1983 montre le mannequin Iman enveloppée dans des couches de rouge et de fuchsia, le visage voilé. Puissant mirage de tissus et de couleurs, ce portrait est, avec tous les autres travaux de Kenzo, un cours magistral sur la façon de photographier la mode de manière originale et passionnante. "Je ne fais pas de photos stériles et formelles", a dit un jour Feurer. "J'aime faire des photos qui provoquent une émotion et vous touchent dans vos sentiments. Pour cela, il faut que la femme et les vêtements prennent vie."

Ce portrait des sœurs jumelles Kim et Eva Nielsen est apparu dans le Calendrier Pirelli de 1974, photographié par Hans Feurer. En parlant de la séance photo des années plus tard, Feurer a déclaré à The Cut : "J'aime les femmes très indépendantes, et les femmes qui n'ont peur de rien... Je pense qu'elles sont beaucoup plus intéressantes que les hommes, et plus fortes aussi..."


Le Calendrier Pirelli 1974 a marqué la fin d'une époque. En 1975, le Calendrier est mis en veilleuse pour des raisons d'austérité et l'édition suivante ne sortira qu'en 1984, date à laquelle les goûts ont commencé à évoluer et la nudité facile des années 1970 semble dépassée. Les photographies de Feurer pour Pirelli étaient de leur temps. Mais peut-être plus que les autres Calendriers des années 1960 et 1970, l'édition de 1974 a beaucoup de choses qui restent fraîches et actuelles. Il est révélateur que lorsque l'actuelle rédactrice en chef du Vogue français, Emmanuelle Alt, a repris le magazine en 2011, elle a fait revenir Feurer en tant que collaborateur, rejoignant ainsi une équipe de photographes expérimentés, dont David Sims et Mert & Marcus. Il ne fait aucun doute qu'il y a quelque chose dans la façon de photographier de Feurer - l'authenticité de son processus, l'expressivité de ses images - qui continue à être pertinent et attrayant. En ce sens, son travail pour Pirelli est aussi important aujourd'hui qu'il l'était il y a plus de 40 ans.

Lire plus
Information sur le produit
Le meilleur de la technologie Pirelli
Découvrez le nouveau P ZERO
Rechercher
Trouvez le produit parfaitement adapté à vos besoins
Trouvez le meilleur pneumatique
Life